2020 : Bilan et perspectives

Le constat
En début d’année, le confinement a d’abord entraîné un recul des ventes  lesquelles ont rebondi vers la milieu du mois de mai lorsque les professionnels ont pu retravailler.
Il est vrai qu’il y avait des compromis et des ventes à finaliser.
L’année 2020 a bien résisté à la crise avec une baisse de 11.5% du nombre  de transactions immobilières dans le neuf et dans l’ancien par rapport à l’année précédente soit un peu plus de 1150000 transactions contre 1300000 en 2019.
Selon les experts, la même baisse serait à envisager en 2021.

La tendance
Il est probable que la crise du coronavirus aura changé les modes d’appréciation des acheteurs du fait des façons différentes de travailler.
C’est ainsi que les salariés placés en télétravail devraient avoir une autre vision de la manière de concilier vie professionnelle et personnelle.
Si avant la crise, ces derniers cherchaient à habiter à proximité ou au moins à un temps raisonnable de leur lieu de travail, le télétravail a changé la donne pour bon nombre d’entre eux et pour bon nombre d’entreprises.
Au niveau des entreprises, on peut facilement imaginer que, plutôt que d’investir dans l’achat ou la location de bureaux à fortes contraintes sanitaires, elles préfèreront privilégier cette nouvelle forme de travail plus économique.
Les ventes d’espaces de bureaux devraient donc diminuer ce qui entrainera une baisse des prix du m² dans ce domaine.
Quant aux salariés, la proximité du lieu de travail ne sera plus un critère indispensable ce qui devrait profiter aux petites et moyennes villes ainsi qu’aux villages disposant d’un accès aux services scolaires et commerces.

On se doute bien que le confinement dans un espace clos en ville pourrait impacter le choix des acquéreurs en télétravail, lesquels passant plus de temps à leur domicile, devraient privilégier les habitations avec jardin, proches de la nature ou au minimum avec des terrasses ou balcons spacieux.
Le neuf pavillonnaire ou résidentiel pourrait fort bien tirer son épingle du jeux dans les secteurs géographiques cités plus haut.

Brexit
Enfin, les départements du nord-ouest proches du Royaume-Uni pourraient subir un coup de frein en ce qui concerne les transactions avec les ressortissants britanniques du fait que la libre circulation de ces citoyens dans l’Union européenne n’existe plus et du taux de change qui leur est défavorable.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.