Rapport Pavanello 2021-1

Un rapport ?

Vincent Pavanello, expert reconnu et promoteur des entreprises innovantes dans le secteur de l’immobilier (sic), a rédigé un rapport par lequel il souhaite démontrer que les réseaux de mandataires peuvent parfaitement cohabiter avec les agences immobilières classiques.
Adoubé par le syndicat UNIS dont la présidente a signé l’édito, l’auteur présente son livre blanc comme un cri du cœur voulant apaiser les rapports entre ces deux catégories de professionnels.
Pour y parvenir, il détaille le fonctionnement des réseaux et montre, chiffres à l’appui, que ce modèle économique répond parfaitement aux évolutions du monde du travail et qu’il n’est absolument pas une menace pour les agences immobilières traditionnelles.

Bien au contraire, selon l’auteur, il serait même complémentaire.

Ou un hymne ?

Alors, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ?
Pas si sûr…

La volonté de démystifier les réseaux et d’apaiser les tensions avec les agences est louable.
Malheureusement, cet hymne à l’amour à destination des professionnels de l’immobilier apparaît vite comme un hymne à la gloire des réseaux de mandataires, ou plus précisément, à la gloire des grands réseaux de mandataires.
En effet, si le rapport présente une vision optimiste de la situation, c’est d’ailleurs la volonté affichée de l’auteur, on regrettera que celui-ci ne traite le sujet que sous le seul angle de vue des grands réseaux, ce qui autorise le doute quant à l’impartialité de l’étude.

On déplorera ainsi que les seuls témoignages recueillis soient ceux apportés par les responsables des plus grands réseaux, les petits réseaux, considérés comme insignifiants pour environ soixante d’entre eux, n’ayant pas droit à la parole.
De même, bien que les mandataires indépendants constituent le sujet essentiel du rapport, aucun d’entre eux n’a été sollicité pour émettre un avis ou exprimer son sentiment.
Enfin, il aurait tout aussi été judicieux de connaître l’avis des agences de proximité qui apporteraient un éclairage pertinent sur la situation concurrentielle à laquelle elles font face sur le terrain.
Comment peut-on affirmer que tout va bien quand ceux qui sont quotidiennement au cœur de l’action n’ont pas eu droit à la parole ??

Faire parler les chiffres…

En première page du rapport, sont présentés les chiffres clés (sic).
C’est ainsi qu’on apprend que 140000 transactions ont été réalisées par les réseaux de mandataires en 2020 soit 20% de part de marché, par 40000 mandataires, ce qui représente un chiffre d’affaire d’un milliard d’euros et que, grâce aux réseaux de mandataires, vendeurs et acquéreurs ont économisé 310 millions d’euros d’honoraires d’agence.
Évidemment, ces chiffres pourraient donner le tournis mais sortis de leur contexte et sans précision aucune, ils ne veulent pas dire grand-chose et ont juste vocation à impressionner le lecteur..

Nous aurons l’occasion de revenir sur tous ces chiffres au fil des pages.
Mais déjà, ils permettent une première constatation :

Retour menu À la loupe

Pages 1234

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.